HISTORIQUE DE SAINT-CHAMAS


Situé à 35 km d’Aix en Provence, 13 km de Salon de Provence,
proche des Alpilles et de son site grandiose des Baux de Provence,
à 25 km des plages, 3 km de l’étang pour les activités et loisirs.

Located at 35 km of Aix en Provence, 13 km of Salon de Provence, near of Alpilles and its imposing site to the Beams of Provence, to 25 km of the beaches, 3 km of the pond for the activities and leisures.


Port de pêche, le village est divisé en deux parties par une colline percée de grottes qui servent d'habitat troglodytique. Saint-Chamas possède des vestiges de murailles médiévales, dont une porte du XVème. L'église (1660), édifice baroque, montre une façade de style baroque provençal avec en son centre une niche abritant une pietà, thème rare en décor extérieur.


                                  

                                            Le Pont Flavien                                                                 Le port de Plaisance





Si l'on veut prendre un peu de hauteur, il suffit de monter sur l'aqueduc de l'Horloge qui domine la ville du haut de ses 23 m. Le Pont Flavien, pont romain qui enjambe la Touloubre, fut édifié au Ier siècle avant Jésus-Christ. C'est par là que passait le trafic d'une voie antique reliant Marseille à Arles. Son arche est en calcaire jaune, ses deux arcs en pierre blanche. Ses pilastres sont surmontés de lions (trois, aisément reconnaissables, furent refaits au XVIIIème) et d'aigles, dans la tradition décorative augustéenne. Il a été restauré à plusieurs reprises.

                      

                                   Saint-Chamas, le bas village                                                      Petite crique





L'EGLISE PAROISSIALE
Construite de 1660 à 1668 par l'architecte aixois Pierre Pavillon. Le clocher bâti sur piloti, fut achevé en 1740. La façade, un joyau de style baroque provençal, contraste avec la sobriété de l'intérieur presque nu.
La seconde chapelle, à droite de l'entrée, est ornée d'un magnifique retable en demi-relief retraçant des épisodes de la vie de la Vierge :
c'est le retable Sainte-Anne (XVlème si ècle).




HABITATS TROGLODYTIQUES


Deux sortes de grottes : les unes naturelles mais peu nombreuses, les autres ont été édifiées à partir de 1615 à la suite de la cession par le seigneur de Saint-Chamas de ses droits de propriété au Conseil de Communauté. C'est lui qui accorde l'autorisation de creuser des baumes dans le Baou. II en limite l'étendue mais cette recommandation n'est pas respectée. Ces grottes ont servi d'entrepôts pour les marchandises du port, de moulins, d'abris... C'est au cours du XVlllème siècle que l'on a commencé à utiliser ces grottes comme habitat.



LA POUDRERIE
Par acte du 20 mars 1690, la surverse des eaux du canal des moulins fut vendue au Roi "pour s'en servir au travail du marteau à poudre que sa Majesté fait construire au dit-lieu de SaintChamas". De quelques hectares au début, elle occupe aujourd'hui plus de 100 hectares en gagnant par des digues et des remblais sur (es marais de l'étang. Certains arbres sont plusieurs fois centenaires. La poudrerie, qui a fait vivre plusieurs générations de Saint-Chamassens a aujourd'hui cessé toute activité.


AQUEDUC DU PLAN OU PONT DE L'HORLOGE
Le 18 décembre 1863, le tunnel "la Goule" s'effondre. Saint-Chamas est coupé en deux et privé d'eau. Après un déblaiement long et coûteux, un aqueduc de 62m de long et 23m de haut est construit. L'horloge date de 1902. A remarquer, l'entrée et la sortie des eaux du canal.


LA PORTE DU FORT
Dernier vestige du mur d'enceinte du Vieux SaintChamas, elle date du XVème siècle.


MUSÉE MUNICIPAL
Premier Hôtel de Ville de Saint-Chamas (XVll siècle), il devient musée en 1959. Restauré puis inauguré en 1983, on a su lui conserver son caractère et il reste le cadre idéal pour notre très intéressant musée d'histoire locale.
Constitué essentiellement de dons de Saint-Chamassens, on y revit l'existence d'autrefois et les faits marquants de notre village. De vieilles gravures et photos nous font connaître un SaintChamas aujourd'hui méconnu.
Une salle d'archéologie est à la disposition des "amoureux" de vieilles pierres. De nombreux tableaux décorent les murs du premier étage. On peut y admirer de très beaux ex-votos pro
venant de la Chapelle de la Vierge ainsi que des ceuvres signées Seyssaud, Berle, Monte.
Une salle est réservée aux expositions temporaires.


CHAPELLE NOTRE DAME DE MISÉRICORDE (Patronne des marins)
Elle surplombe l'Etang et le village et fut célèbre pour ses exvotos. Certaines de ces peintures naïves ont été restaurées et sont aujourd'hui au musée.


VIADUC SAINT-LÉGER
Monument assez exceptionnel de part sa longueur et sa courbe. II fut construit entre 1843 et 1847, Les voûtes sont croisées pour permettre le franchissement de la Touloubre. II possède 49 arches et mesure 25 mètres de hauteur (au niveau de la Touloubre). La voie ferrée Paris, Lyon, Marseille passe dessus.


ERMITAGE SAINT-LÉGER
II existait déjà au XVI siècle. Les notables du village s'y faisaient ensevelir. Détruit en 1845 à cause de la construction du viaduc, il fut reconstruit à l'emplacement actuel.
Centre de pélerinage et de dévotion des habitants, la chapelle a été abandonnée depuis quelques dizaines d'années.


LE PONT DE LA ROQUETTE
Détruit par une crue de la Touloubre, il fut reconstruit en 1750.


LAVOIR DU POLYGONE

Lavoir du XVlllème siècle autrefois réservé aux contagieux.